Solutions pour les FICP

Les nouveaux règlements sur les cartes de fidélité: crédit consommation

La carte de fidélité est devenue une alternative chez les consommateurs de crédit à la consommation. La loi Lagarde lancée en Mai 2011 encadre pour limiter la situation de surendettement des emprunteurs, qui abuse parfois de ce type de retrait. De plus, la facilité qu’accorde l’usage de la carte de fidélité peut ouvrir un grand chemin d’abus pour d’autres établissements qui se donne le droit de retirer les mensualités dès que le débiteur est en retard de remboursement.

Les mesures portées à l’encontre de la carte de fidélité

crédit consommationLa fonction première de la carte est de permettre au consommateur de payer au comptant. Et pourtant, devant un accroissement considérable du nombre de surendettement, le gouvernement a ménagé ses efforts pour encadrée l’utilisation d’une carte de fidélité en interdisant un consommateur d’entrer en crédit malgré lui. Il se doit donc de payer directement ses achats par l’utilisation de la carte de fidélité par l’établissement concerné, et ce, après mis en approche par l’envoi de factures, à son domicile.

Une autre mesure présentée par le gouvernement concernant l’utilisation de la carte de fidélité est de rediriger le consommateur un crédit renouvelable ou un prêt classique, qui doit pertinemment être proposé par l’établissement de vente.

Les cartes de fidélités: utilisation incomprise par bon nombre de consommateur

Le fait est que les consommateurs ne sachent pas véritablement ses limites dans l’utilisation des ces cartes de fidélité. En effet, si la loi est devenue si stricte c’est bien parce que les consommateurs ne savent pas entièrement ce que leur utilisation peut engendrer.

Cela est aussi dû une explication mal décrite lors de la souscription, une explication qui pourtant définir toutes les possibilités que représente la carte. Aussi, un cas très fréquent chez l’utilisateur de la carte de fidélité, l’inconscience au moment du payement, autrement celui-ci opte pour un achat à crédit en sachant qu’il dispose une carte en sa possession. Et pourtant, les limites de disposition sont tout autant semblables que si l’emprunteur payait au comptant sans la carte.



Comments are closed.